Du fromage

mardi 19 octobre 2010

C'toi l'rebelle en mousse

À la réception d'un tract appelant à la manifestation cet après-midi.

- Han, ils sont chiants, il font toujours les manifs quand on travaille. J'en ferais bien une moi, car je suis contre la réforme. Si c'était le samedi j'irai !
- Tu y étais samedi ?
- Heu.. non.

Démoulé par Tartiflette à 08:48 - C'toi l'0 commentaires - Permalien [#]

jeudi 14 octobre 2010

C'toi l'StackOverFlow

La recherche d'un sujet (insérer ici une blague pas drôle (au choix "d'un verbe"/"pour un roi"/...)) n'est pas chose aisée. Surtout si on veut être original. D'ailleurs, parler de la difficulté de la recherche d'un sujet original n'est pas original. Ni même faire remarquer que la recherche d'un sujet original n'est pas original, n'est pas original. Tout comme faire cette blague éculée (non, pas là) de la récursivité de la chose.

Mais, la rébellion ou le spleen de tristitude virtuel d'un blogueur est risible. Au moins autant que ceux qui les moquent. Ainsi que ne pas savoir trouver de fin (ni de sujet) à son post, et de le faire remarquer pour en faire une (piètre) fin.

Démoulé par Tartiflette à 20:00 - C'toi l'0 commentaires - Permalien [#]

mercredi 13 octobre 2010

C'toi l'dur retour à la vie normale

Je pense au mineur chilien, dans 3 jours, devant sa télé en train de manger une pizza (chorizo), avec sa femme moustachue pleine de varice à ses côtés. C'est dur le retour à la routine après un gros évènement (ça m'arrive ! (pas la femme moustachue)).

Démoulé par Tartiflette à 20:01 - C'toi l'1 commentaires - Permalien [#]

lundi 11 octobre 2010

C'toi la comique

"Les lycéens qui sont aujourd'hui au lycée auront d'autres réformes des retraites qui viendront pour lesquelles ils auront sans doute à s'investir" -- Nadine Morano 10/10/10.

Je crois qu'on ne peut que s'incliner devant de si belles paroles.

Démoulé par Tartiflette à 18:56 - C'toi l'2 commentaires - Permalien [#]

mercredi 6 octobre 2010

C'toi la télé

Les journalistes s'intéressent à l'extraordinaire, à ce qui rompt avec l'ordinaire, à ce qui n'est pas quotidien - les quotidiens doivent offrir quotidiennement de l'extra-quotidien, ce qui n'est pas facile... D'où la place qu'ils accordent à l'extraordinaire ordinaire, c'est-à-dire prévu par les attentes ordinaires, incendies, inondations, assassinats, faits divers. Mais l'extraordinaire, c'est aussi ce qui n'est pas ordinaire par rapport aux autres journaux. C'est ce qui est différent de l'ordinaire et ce qui est différent de ce que les autres journaux disent de l'ordinaire, ou disent ordinairement. C'est une contrainte terrible : celle qu'impose la poursuite du scoop. Pour être le premier à voir et à faire voir quelque chose, on est prêt à peu près à n'importe quoi, et comme on se copie mutuellement en vue de devancer les autres, de faire avant les autres, ou de faire autrement que les autres, on finit par faire tous la même chose, la recherche de exclusivité, qui, ailleurs, dans d'autres champs, produit l'originalité, la singularité, aboutit ici à l'uniformisation et à la banalisation.

"Sur la télévision" P. Bourdieu, 1996.

Démoulé par Tartiflette à 13:30 - C'toi l'0 commentaires - Permalien [#]